Archive pour le 10 décembre, 2009

Confessions amoureuses

10 décembre, 2009

iwkj8hjpg.gif

Confessions amoureuses

Mon regard se perd sur ce voile étoilé…
Les étoiles se rassemblent voyageant vers l’infini…
Et aussi doux que le rêve, ton amour s’est installé…
Me préférant au monde et à ses coeurs réunis.

Aussi vrai que les anges de Dieu sont lumières…
Mon coeur s’arrache et se tue, frôle la crise…
Puis dans les eaux limpides de tes prunelles, telle une pierre…
J’admire ton courage t’empêchant de lâcher prise.

Ton emprise me divise, me rassemble à volonté…
Tes mots me tranquillisent, tant d’amour et de beauté…
Est-ce là, le sentiment qui a inspiré Juliette…
Etait-ce ce qu’elle sentait avant que sa vie ne s’arrête.

Et plus tard, quand son doux amant s’est réveillé…
Qu’elle est la seule pensée qui le poussa au suicide…
Des fois je me demande « Est-ce le vrai prix à payer »…
Ou bien serait-ce plutôt de supporter son regard vide.

La vie nous est parfois si capricieuse…
Elle voudra faire en sorte qu’entre nous un vide se creuse…
Crois-tu, que j’ai l’esprit tranquille chaque nuit…
La peur de te perdre est un vrai démon qui me suit.

Ma lune, l’amour est une chose dure à avouer…
Le frisson qu’il me procure en le disant est redoutable…
Cependant, envers toi, je me sens si dévoué…
Que je ferai pour toi ce que tu croyais infaisable.

Mon coeur, notre rencontre n’est pas une coïncidence…
Tu restes mon unique chance, dans une vie sans espérances…
Ma raison d’existence, la seule à m’animer…
Ma plus grande délivrance et la seule femme que j’ai aimé.

Mon ange, te rappelles-tu de nos premiers regards…
De nos premiers baisers pendant notre premier rencart…
Je sens que je regrette chaque seconde si loin de toi…
Captif d’une grande prison où la distance dicte sa loi.

Je sers les poings et j’augmente la résistance…
Ton absence est dure, je ne sais plus ce qui me reste…
Le désespoir me gagne et m’emmène sans réticence…
Seule ton image me calme aussi douce qu’un vent céleste.

Notre amour doit durer, je le dis et je le sens…
Notre histoire s’écrira, ou par l’encre ou par le sang…
Ne t’inquiètes plus de rien, car je sais ce que je dois faire…
Je ne risque que le paradis, ou basculer en enfer.

Au crépuscule, près d’une mer faite d’étoiles…
Je me sens réveillé par tes bras qui se resserent…
Puis collé à ton corps comme à une immense toile…
Je savoure le plaisir de ma vie devenant plus claire…

Si seulement le pouvoir de choisir était mon droit…
Je choisirais Amour, bonheur et éternité…
Sais-tu au moins qu’il n’y a qu’en toi seule que je crois…
J’aimerais tant tout te dire, car j’ai tant de vérités.

Je suis, comme jamais l’être humain n’a vu pareil…
Un poète amoureux, cela n’est plus qu’une certitude…
Dépassant l’illusion, un rêveur en plein éveil…
Mourir d’amour pour toi est devenu mon habitude.

Certains se souviendront, et d’autres peut-être pas…
Cela ne m’importe guère, comme ma guerre ou mon trépas…
Les évènements se suivent mais les vrais héros se gravent…
Que tu te souviennes de moi et de ce qui reste comme épave.

Le vrai trésor de la personne est dans le coeur…
J’ai pu le découvrir et il hante mes pensées…
Aime moi et sois mienne avant qu’un jour je me meurs…
Plus je vois tes bras doux et plus je rêve de m’y lancer.

Encore plus fort que le monde sera mon coeur…
Encore plus grandes que les cascades seront mes pleurs…
Avant de dire autre chose dans ce poème…
Je tiens à ce que tu saches, mon bonheur, que je…
t’aime !!

Magic-Md6

26627217fjxr0fl5gif.gif