Archive pour le 19 juillet, 2011

19 juillet, 2011

 

PRIERE POUR LA PAIX

 

Seigneur, Dieu de paix,

    toi qui as créé les personnes humaines,

    objet de ta bienveillance,

    pour être familières de ta gloire,

    nous te bénissons et nous te rendons grâce :

    car tu nous as envoyé Jésus,

    ton Fils bien-aimé;

    tu as fait de lui, dans le mystère de sa Pâque,

    l’artisan de tout salut, la source de toute paix,

    le lien de toute fraternité.

     

    Nous te rendons grâce pour les désirs et les efforts,

    les réalisations que ton Esprit de paix

    a suscitées en notre temps,

    pour remplacer la haine par l’amour,

    la méfiance par la compréhension,

    l’indifférence par la solidarité.

     

    Ouvre davantage encore nos esprits et nos coeurs

    aux exigences concrètes de l’amour

    de tous nos frères et de toutes nos soeurs,

    pour que nous soyons toujours plus

    des artisanes et des artisans de paix.

     

    Souviens-toi, Père de miséricorde

    de tous ceux et celles qui peinent, souffrent et meurent

    dans l’enfantement d’un monde plus fraternel.

    Que pour les femmes et les hommes

    de toute race et de toute langue

    vienne ton Règne de justice, de paix et d’amour.

    Et que la terre soit remplie de ta gloire !

    Amen.

     

    Paul VI

 

19 juillet, 2011

Prière de l’artisan

 

     Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler,  

    à bien l’employer sans rien en perdre.

    Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge.

    Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter,

    à imaginer l’oeuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

    Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

    Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.

    Aide-moi au coeur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.

    Et surtout comble Toi-même les vides de mon oeuvre, Seigneur!

    Dans tout le labeur de mes mains laisse une grâce de Toi

    pour parler aux autres et un défaut de moi pour me parler à moi-même.

    Garde en moi l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais coeur.

    Garde-moi dans l’impuissance de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil.

    Purifie mon regard: quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal,

    et quand je fais bien, il n’est pas sur que ce soit bien.

    Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a du travail,

    et que tout travail est vide sauf là où il y a amour,

    et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même et aux autres et à Toi, Seigneur!

    Enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.

    Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains t’appartient

    et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant ;

    que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne ;

    que si je le fais pour plaire aux autres comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir ;

    mais si je le fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien ;

    et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite, Amen!

     

    Prière des copistes et enlumineurs du haut moyen âge, sans doute d’origine anglaise.
    in « Naissance et splendeurs du manuscrit monastique du VII’ au XII’ siècle », Gilberte Garrigou