Archive pour août, 2014

TARIKA MAHALEO (Hommage zokibe NONO)

30 août, 2014

 

nono-mahaleo (1)

CLICK  SUR LE LIEN

TARIKA MAHALEO (Hommage zokibe NONO)

Eritreritra mandalo !

28 août, 2014

Ny ory tsy mba havan’ny manana.

Mody mihavana fotsiny.

Tsy miady hono, nefa ny kibay an-kelika ihany.

Raha manana namana  folo ianao, dia iray no itokiana.

Azo isaina amin’ny ratsan-tanana ny tena namana.

 » Tiako »   » valala iray ifanapahana »; »tànana havia sy havanana, izay didi-maharary ».

MIARAKA ETO ISIKA

20 août, 2014

 

MIARAKA ETO ISIKA

 

Miaraka eto isika,

Miaraka mitafa, tsy mety mangatsiaka,

Miventy tsy an-kimalo

Sy miaraka manofy, mandefa tononkalo…

Sary indray mipiaka,

Hifanomezantsika.

 

Tsy fantatro ianao,

Kanefa toa iray ! Tsy fantatrao aho…

Fa ny hery mampiray

Dia tononkalo am-po mireda sy mamay,

Manoratra atoandro,

Dia manariva andro.

 

Misy ireo mpandalo,

Misy mpankafy, mpamaky tononkalo,

Misy feno tsiky,

Misy poetika sy ny hafa tsy ho tanisa…

Dia miaraka daholo,

Miara-mikolokolo.

 

Dia fifaliana hatrany,

Indraindray anefa…misy mitomany

Ranomaso kely

Tsy misy mpahalala, mirotsaka irery…

Fiainana izany,

Tantara tsy ho lany.

 

Ho avy ny fotoana !

Samy ho lasa isika, tsy afaka hihaona,

Tsiahy no sisa am-po

Napetrak’ireo kalo, kanefa androany aloha…

…Dia Miaraka eto isika,

Tsy misy mangatsiaka.

 

DadaRabe

St Pierre et Miquelon.

20/07/07 10:28 (SPM hour)

BONNE FETE à toutes les Marie (Mary)

15 août, 2014

f92a333b

TU SERAS UNE FEMME, MA FILLE.

15 août, 2014

 

TU SERAS UNE FEMME, MA FILLE.

- Fabienne Marsaudon (inspiré du poème de Rudyard Kipling) -

 

« Si tu peux voir mourir une grande histoire d’amour

Sans refermer ton cœur pour qu’il aime à nouveau,

Ou te savoir trahie, sans trahir à ton tour,

T’en aller pour voler plus haut ;

Si tu peux tout donner sans te perdre pour autant,

Si tu peux être douce sans jamais te soumettre,

Apprécier, célébrer, admirer ton amant, sans jamais faire de lui ton maître;

Si tu peux ignorer les langues de vipères

Les jalouses, les méchantes occupées à médire

Et entendre derrière leurs discours de mégères, un mystère à n’en plus finir ;

Si tu peux être belle sans jamais être fière, faire de ta vérité, l’essence de ta beauté;

Si tu peux préserver un peu de ton mystère, ne pas tout dire ni tout livrer ;

Si tu sais accueillir et ouvrir ta maison, sans jamais t’entourer de quelque vaine cour,

Aimer à la folie pour trouver la raison

Parler sans n’être que discours ;

Si tu peux être pure sans jamais être sage,

Si tu peux être forte sans refermer ton cœur,

Si tu sais être tendre , si tu sais être orage, sans jamais faire reines tes humeurs ;

Si tu peux affronter le temps sans faire naufrage,

Sans te sentir déchue ni même destituée,

Si tu trouves ton chant en plein cœur de chaque âge

Quand les autres s’abîment à le nier

Alors, Reines et Déesses, Vénus et Madones

Te feront révérence et seront ta famille

Et tu te trouveras dans l’amour que tu donnes,

Tu seras une femme, ma fille. »

12